Sport. Education. Fierte. RSEQ

Partager

Commotions cérébrales

English version

Commotion cérébrale et traumatisme craniocérébral léger (TCCL)

Qu’est-ce que c’est ?
Une commotion cérébrale peut survenir à la suite d’un coup à la tête ou d’un impact au corps provoquant un mouvement de va-et-vient de la tête (ex : mise en échec, tête en contact avec un objet ou une surface stationnaire – glace, sol poteau de but, ou un objet en mouvement (ex : tête d’une autre personne, ballon, coup de hockey). Le cerveau est alors secoué entre les parois rigides du crâne, ce qui cause des dommages aux cellules cérébrales. 1

Comment reconnaître une commotion ?
Les commotions et les TCCL ne peuvent être détectés par une radiographie ou un scan. Certains signes et symptômes apparaissent immédiatement après l’impact et d’autres se développent progressivement dans les minutes et les heures qui suivent. Des symptômes post commotion, tels que des étourdissements, des nausées, des vomissements et des troubles d’équilibre peuvent être observés.

Que doit-on faire lorsqu’on soupçonne une commotion cérébrale ?

  • Retirez immédiatement l’athlète de son sport.
  • Il doit être mis au repos immédiatement et ne doit pas être laissé seul afin d’assurer une surveillance quant à l’évolution des signes et des symptômes.
  • Faites-le évaluer rapidement par du personnel médical et idéalement par un médecin.
  • Si la personne est inconsciente, appelez le 911, ne déplacez pas l’athlète et ne lui enlevez pas son équipement, y compris son casque.

Quel est le traitement de la commotion cérébrale et du TCCL ?

  • Reposez-vous…le repos est le seul traitement efficace. Il inclut l’arrêt de toute activité physique, y compris l’utilisation du vélo dans les déplacements.
  • Les signes et symptômes sont temporaires et disparaissent habituellement dans un délai de 7 à 10 jours. Il est possible, dans certains cas, que ces symptômes persistent plusieurs semaines.
  • Il faut donner du repos au cerveau et il est recommandé d’éviter les activités qui nécessitent un niveau de concentration (lecture, ordinateurs, jeux vidéo).
  • Aucune médication n’est prouvée efficace dans le traitement des signes et symptômes.

L’Association canadienne des entraîneurs a créé une formation en ligne sur les commotions cérébrales dont voici la description et le lien pour y accéder.

http://www.coach.ca/concussion-elearning-modules-p153487

PRENDRE UNE TÊTE D’AVANCE EN SPORT

Offert GRATUITEMENT pour une durée limitée! Ce module vous permettra d’acquérir les connaissances et les habiletés dont vous avez besoin pour assurer la sécurité de vos athlètes. Grâce à ce module, vous découvriez : ce que vous pouvez faire pour prévenir les commotions cérébrales, comment reconnaître les signes et symptômes de commotion cérébrale, ce que vous devez faire si vous soupçonnez qu’un(e) athlète a une commotion cérébrale, comment vous assurer que vos athlètes reviennent au jeu en toute sécurité.

Il vous faudra environ 60 à 90 minutes pour terminer ce module et ainsi obtenir un crédit qui paraîtra à votre relevé d’entraîneur(e) dans le Casier.

_____________________________________________________________________

          1  Ministère de l’Education, du Loisir et du Sport. Assurez votre sécurité! Commotion cérébrale et traumatisme craniocérébral léger, rédigé par Mme Suzanne Leclerc, M.D., Ph. D.

Quand peut-on recommencer l’activité physique ?
Le retour à l’activité physique doit se faire progressivement, une fois tous les symptômes complètement disparus depuis au moins 24 heures. En voici les étapes :

  1. Repos – aucune activité physique et intellectuelle.
  2. Exercice léger en aérobie. Pas d’exercice en résistance (par exemple : musculation).
  3. Activité physique sportive spécifique (par exemple : course, patinage)
  4. Exercice d’habileté sans contact. Exercice en musculation à débuter de façon progressive.
  5. Retour aux entrainements habituels, y compris la possibilité de contact.
  6. Retour au jeu

Quelles sont les précautions à prendre?

  • Il est important d’adopter une approche préventive. L’athlète et tous les gens qui l’entoure (entraîneurs, familles, responsables de l’équipement, préposés aux installations sportives, etc.) doivent être sensibilisés et éduqués relativement aux règles de sécurité qui s’appliquent à leur discipline sportive ainsi qu’aux blessures qui peuvent survenir, telles que les commotions cérébrales et TCCL
  • Le port d’un équipement adéquat, de grande qualité et bien ajusté peut réduire le risque et la gravité des blessures au niveau de la tête.

Vous pouvez consulter ce dépliant produit par le Ministère de l'Éducation du Loisir et du Sport "Sport, commotion cérébrale et traumatisme craniocérébral léger".


OUTILS DE GESTIONS DES COMMOTIONS CÉRÉBRALES

Voici des outils tirés du livre Les commotions cérébrales dans le sport: une épidémie silencieuse! du DR Dave Ellemberg, neurophychologue et professeur en kinésiologie à l'Université de Montréal. N'hésitez pas à les utiliser et les partager.


Le Centre Canadien pour l'héthique dans le sport a produit un outil d'autoévaluation à l'intention des organisations sportives. À consulter et utiliser sans modération.

Outil d'autoévaluation Actifs et en sécurité