Sport. Education. Fierte. RSEQ

Partager

Crosse

English version

Athlètes
- Statistiques de blessures
- Conseils pour éviter les blessures (mesures de prévention)
- Équipement

 Entraîneurs
- Mesures de prévention

- Règlement de sécurité
- Mesures d'urgence
- Trousse de premiers soins
- Feuille de route - Matrice de Haddon
- Références et liens utiles

Statistiques des blessures - Haut de la page
Depuis 2002, la crosse gagne en popularité au Québec. Au niveau amateur, elle se joue surtout l’été et est considérée comme un sport dont le risque de blessures est modéré. La plupart des blessures associées à ce sport sont mineures, mais il ne faut toutefois pas sous-estimer la sévérité de certaines d’entre-elles, comme les commotions cérébrales. Ainsi, selon l’AOSSM (American Orthopaedic Society for Sports Medecine), les principales blessures engendrées sont:

  • Entorses (chevilles et genoux)
  • Blessures au ligament croisé antérieur du genou (LCA)
  • Claquages musculaires (quadriceps et aine)
  • Blessures au visage et à la tête (incluant des commotions cérébrales)
  • Ampoules  (pieds)
  • Éraflures

Conseils pour éviter les blessures - Haut de la page

Diminuer le risque de blessures est l’affaire de tous. L’entraîneur a donc un rôle important à jouer, mais l’athlète aussi. Rappelez-vous que pour vous tenir loin des blessures sportives, il faut agir à divers moments : avant, pendant et après la tenue d’une activité. Maintenant, à vous de jouer !

Hors saison et hors match:

  • Suivez un programme d’entraînement annuel spécifique à la crosse. Ce programme doit être constitué d’exercices cardiovasculaires, musculaires et de flexibilité.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes avec l’aide de votre entraîneur, de façon à assurer une progression sécuritaire dans l’évolution de vos entraînements.
  • Accordez-vous une à deux journées de repos par semaine. De plus, il est recommandé de prendre un ou deux mois de congé de la crosse annuellement, afin d’éviter les blessures de surutilisation et de surentraînement.
  • Informez votre entraîneur de votre état de santé : problème de santé, médication, port de lentilles cornéennes, etc.
  • Appliquez-vous à l’apprentissage des bons gestes techniques.

Avant un match ou un entraînement :

  • Faites un échauffement, afin d’augmenter la température de votre corps, et ainsi préparer vos articulations à l’effort.

Pendant un entrainement ou lors d’un match :

  • Hydratez-vous. N’oubliez pas que si vous avez soif, c’est que vous êtes déjà déshydraté. De plus, être déshydraté peut affecter votre performance, ce qui pourrait vous amener à négliger votre technique et ainsi, augmenter le risque de blessures.
  • Portez l’équipement nécessaire. 
  • Déclarez immédiatement une blessure ou un malaise à votre entraîneur dès que les symptômes se manifestent.
  • Suivez les consignes de l’entraîneur
  • Respectez les règles de jeu

Après l’activité :

  • Étirez-vous, afin d’assurer une bonne récupération et maintenir votre flexibilité.
  • Assurez-vous d’avoir des périodes de repos et de récupération suffisantes, afin de récupérer pleinement de vos entraînements. (consultez notre section sur le sommeil)

Équipement - Haut de la page
L’équipement requis pour le joueur de crosse est présenté dans le Règlement de sécurité de la Fédération de crosse du Québec. 

  • Un chandail, une culotte courte ou longue ainsi que des souliers de course.
  • Le participant qui s’entraine ou qui participe à une compétition dans le cadre de la ligue du RSEQ ou de compétitions sanctionnées par la Fédération québécoise de la crosse, doit également porter des lunettes de protection faite d’une matière incassable. (Pour les autres participants, le port des lunettes de protection est fortement recommandé).
  • Un gardien de but doit porter en plus un casque protecteur muni d’une grille, des gants ainsi qu’un plastron. Ces pièces d’équipement doivent être bien ajustées.
  • Le bâton doit répondre aux normes de la Fédération internationale d’inter-crosse 
  • La balle utilisée doit être une balle d’inter-crosse, fabriquée de caoutchouc mou et doit peser environ 113,4 g et mesurer 7,62 cm (3 pouces) de diamètre. 

Mesures de prévention - Haut de la page
En tant qu’entraîneur, vous êtes responsable de la sécurité de vos athlètes. Il est évidemment impossible d’éviter tous les accidents. Cependant, votre rôle est d’essayer de les diminuer au maximum. Réduire le risque de blessures signifie poser des actions et faire des choix stratégiques tout au long de l’année. Voici des moyens à utiliser dans vos interventions avec les jeunes :

  • Encouragez-les à suivre un programme de préparation physique constitué d’exercices cardiovasculaires, musculaires et de flexibilité.
  • Aidez les à se fixer des objectifs réalistes.
  • Respectez les principes d’entraînement. Consultez la partie 1 du chapitre 3 du manuel médical de l’IAAF (en anglais) pour en savoir davantage à ce sujet. 
  • Assurez-vous de respecter une progression dans le niveau de difficulté de vos entraînements de façon à réduire les risques de blessures de surutilisation et de surentraînement . Vos entraînements devraient toujours tenir compte de l’habileté, l’âge, l’expérience et la santé du participant.
  • Encouragez-les à dormir suffisamment, surtout après des entraînements où l’intensité est plus élevée. Vous favoriserez ainsi une récupération optimale chez vos athlètes.
  • Débutez chaque entraînement par une période d’échauffement.
  • Accordez du temps à la pratique des principaux gestes techniques de la crosse.
  • Renseignez-vous sur l’état de santé de vos athlètes.
  • Enseignez les règles de l’esprit sportif.

En complément à cette liste, s’ajoutent aussi des mesures de prévention concernant les installations et les équipements qui seront abordées dans la section suivante sur le règlement de sécurité.

Règlement de sécurité - Haut de la page
Chaque discipline sportive possède ses propres normes de sécurité. Celles-ci concernent en général les installations et l’équipement, mais aussi la pratique, la formation, les responsabilités des cadres sportifs, l’organisation et le déroulement d’une compétition, ainsi que les sanctions en cas de non-respect du règlement. Au Québec, ce sont les fédérations spécifiques à chacune des disciplines sportives, qui élaborent les normes de sécurité relatives à leur sport.

Nous vous invitons à consulter le règlement de sécurité de la Fédération de crosse au Québec.

Mesures d'urgence - Haut de la page
Certaines blessures surviennent progressivement, à force de répéter les mêmes mouvements ou encore à cause d’un changement brusque dans l’intensité de l’entraînement. C’est le cas d’un surentraînement ou d’une blessure de surutilisation. Cependant, certaines blessures arrivent subitement, à cause d’un accident. Comment réagir dans ce genre de situation?

Être en mesure de réagir adéquatement et rapidement lors d’un accident est une question de préparation. On ne peut donc pas compter uniquement sur notre bonne volonté au moment de l’accident. Il faut d’abord avoir bâti un plan d’action d’urgence qui permet d’avoir sous la main les renseignements nécessaires et la démarche à suivre en situation d’urgence. Selon l’Association canadienne des entraîneurs, celui-ci devrait inclure, minimalement, les éléments suivants :

  • L’accès à un téléphone
  • Les moyens d’accès au site
  • L’information sur les participants
  • L’information sur le personnel

Chacune de ces sections renferme une série de renseignements à inscrire dans votre plan. Pour les connaître, veuillez consulter l’exemple de la liste de vérification du plan d’action d’urgence fourni par l’Association canadienne des entraîneurs 

Pour en connaître davantage, consultez la section sur les blessures.

Trousse de premiers soins - Haut de la page
Une trousse de premiers soins devrait toujours être complète et à la disposition de tout le personnel responsable de l’encadrement des athlètes. L’Association canadienne des entraîneurs a répertorié l’ensemble du matériel que devrait contenir une trousse de premiers soins, en plus de décrire l’usage approprié pour chacun de ces éléments. 

Feuille de route - Matrice de Haddon - Haut de la page

Mais qui est Haddon?
William Haddon est un chercheur américain, à la fois médecin et ingénieur, qui a développé, dans les années 60, une approche pour contrôler les blessures associées à la pratique d’activités physiques.

Cette matrice représente, en quelque sorte, une feuille de route pour l’entraîneur. Elle lui permet d’avoir une vue d’ensemble des paramètres à contrôler, en tenant compte de plusieurs facteurs (humains, technologiques et environnementaux) et ce, dans un cadre temporel (avant, pendant et après l’événement).

Matrice de Hadon: Crosse

Références et liens utiles - Haut de la page