Sport. Education. Fierte. RSEQ

Partager

Ski alpin

English version

Athlètes
- Statistiques de blessures
- Conseils pour éviter les blessures (mesures de prévention)
- Équipement

 Entraîneurs
- Mesures de prévention
- Règlement de sécurité
- Mesures d'urgence
- Trousse de premiers soins
- Feuille de route - Matrice de Haddon
- Références et liens utiles

Statistiques des blessures - Haut de la page
Saviez-vous que le ski alpin est la 3ème activité récréative et sportive dont la proportion de blessures jugées sévères est la plus importante au Québec[1]? Les blessures de sévérité supérieure incluent les fractures, les dislocations, les commotions ou autres traumatismes cérébraux, les lésions aux organes internes et les blessures multiples. Par ailleurs, selon cette même étude de l’INSPQ (2009-2010), aucune de ces blessures n’a atteint la tête, ni le cou, comparativement à d’autres sports comme le hockey sur glace où l’ensemble des blessures sévères sont survenues à cet endroit du corps. On remarque d’ailleurs que 100 % des skieurs blessés âgés de 6 à 17 ans, portaient le casque. Cette bonne habitude a cependant tendance à diminuer avec l’âge, alors qu’à peine 24 % des 18-34 ans portaient le casque.

Quelles sont les blessures les plus fréquentes ?

  • Trauma crânien et commotion cérébrale
  • Spasme musculaire (cou et dos)
  • Fracture (épaules, coudes, poignets et jambes)
  • Luxation (épaules)
  • Entorse (épaules, poignets, genoux)
  • Étirement musculaire (aine)
  • Trauma thoracique lombaire et cervical

Prenez note que le Conseil de Médecine du Sport du Québec a répertorié les principales blessures en ski alpin, sous forme de Fiche technique - Ski alpin, en fonction des régions atteintes, en plus de fournir la liste des symptômes et des traitements associés à chacune des lésions.

Conseils pour éviter les blessures - Haut de la page
Diminuer le risque de blessures est l’affaire de tous. L’entraîneur a donc un rôle important à jouer, mais l’athlète aussi. Rappelez-vous que pour vous tenir loin des blessures sportives, il faut agir à divers moments : avant, pendant et après la tenue d’une activité. Maintenant, à vous de jouer!

Hors saison et hors compétition:

  • Suivez un programme d’entraînement constitué d’exercices de renforcement musculaire, de flexibilité et d’endurance cardiovasculaire.
  • Informez votre entraîneur de votre état de santé : problème de santé, médication, port de lentilles cornéennes, etc.

Avant l’activité :

  • Renseignez-vous sur la station où vous allez skier en consultant la carte des pistes de ski qui vous donnera de l’information sur la localisation des remontées mécaniques, le degré de difficulté des pistes, etc.
  • Informez-vous également sur les conditions météorologiques puisque celles-ci peuvent avoir un impact considérable sur le niveau de difficulté qu’offre la montagne. Par exemple, une tombée récente de neige peut amener des accumulations de neige irrégulières sur les pistes. Cela amène un degré de difficulté plus élevé pour les skieurs qui doivent ajuster leurs techniques de ski aux conditions de la neige.
  • Effectuez un échauffement, préférablement à l’intérieur du chalet de ski, afin d’augmenter la température de votre corps, et ainsi préparer vos articulations à l’effort. Vous pouvez, par exemple, faire des petits sauts et de la marche sur place. Procédez ensuite à quelques étirements légers de l’ensemble du corps, avec une attention particulière au dos et aux jambes.

Pendant l’activité :

  • Commencez par des pistes faciles et progressez graduellement, selon votre niveau d’habiletés, vers des pistes plus difficiles.
  • Ne vous aventurez pas dans des pistes dont le niveau de difficulté est supérieur à vos habiletés.
  • Appliquez-vous à l’apprentissage des bons gestes techniques.
  • Demeurez toujours en contrôle de votre vitesse et de votre direction.
  • N’oubliez pas que les skieurs en avant (en aval) de vous ont la priorité.
  • Arrêtez-vous à des endroits sécuritaires, c’est-à-dire des endroits où vous êtes visibles par les personnes en amont et où vous n’obstruez pas la piste.
  • Vérifiez toujours la circulation, en regardant en amont de la piste, avant de commencer à skier, ou encore lors d’une jonction entre deux pistes, afin de laisser passer les skieurs en activité.
  • Portez une attention particulière à la signalisation sur les pistes et n’allez pas dans les pistes fermées.
  • Utilisez les remontées mécaniques de façon adéquate. Voir le numéro de Sécuri-sport-express sur le ski alpin et le surf des neiges pour en savoir plus à ce sujet.
  • Hydratez-vous. N’oubliez pas que si vous avez soif, c’est que vous êtes déjà déshydraté. De plus, être déshydraté peut affecter votre performance, ce qui pourrait vous amener à négliger votre technique et ainsi, augmenter le risque de blessures.
  • Portez l’équipement nécessaire.
  • Déclarez immédiatement une blessure ou un malaise à votre entraîneur dès que les symptômes se manifestent.
  • Suivez les consignes de l’entraîneur et respectez le code de conduite du skieur alpin.
  • Terminez votre activité par une période de retour au calme. Par exemple, choisissez des pistes plus faciles. Restez toutefois vigilant et concentré et assurez-vous de maintenir une bonne technique tout au long de l’activité.
  • Ne prolongez pas l’activité si vous vous sentez fatigué, et ce même s’il s’agit de faire « juste une p’tite descente de plus ».

Après l’activité :

  • Étirez-vous afin d’assurer une bonne récupération et maintenir votre flexibilité.
  • Assurez-vous d’avoir des périodes de repos et de récupération suffisantes. (consultez notre section sur le sommeil pour en savoir davantage)

Équipement - Haut de la page

  • Skis alpins bien aiguisés et choisis en fonction de la taille, du niveau d’habileté et de condition physique du skieur.
  • Fixations ajustées par un technicien qualifié en fonction du poids, de la taille et du niveau d’habileté et de condition physique du participant. Des fixations bien ajustées déclenchent au moment approprié pour diminuer la pression exercée sur le membre inférieur, ce qui permet de diminuer le risque de blessures.
  • Bâtons dont les poignées, les dragonnes et les rondelles (paniers) sont en bon état.
  • Bottes de ski alpin bien ajustées qui permettent au skieur de bien diriger ses skis, tout en optimisant l’efficacité des fixations. Il est important de choisir ses bottes de ski de façon à ce que les pieds soient bien retenus, les orteils aient assez de place pour bouger, les talons ne se lèvent pas au moment de la flexion des genoux et qu’il n’y ait pas de point de pression.
  • Casque protecteur à coque dure.
  • Lunettes de ski qui protègent les yeux contre le vent, le froid, la neige et le soleil.
  • Habillement assez chaud pour prévenir les pertes de chaleur, pas trop serré de façon à favoriser une bonne circulation sanguine et une amplitude de mouvement adéquate. Assurez-vous également d’attacher les longues écharpes et les tuques pour ne pas qu’elles se prennent dans les remontées mécaniques.

Mesures de prévention - Haut de la page
En tant qu’entraîneur, vous êtes responsable de la sécurité de vos athlètes. Il est évidemment impossible d’éviter tous les accidents. Cependant, votre rôle est d’essayer de les diminuer au maximum. Réduire le risque de blessures signifie poser des actions et faire des choix stratégiques tout au long de l’année.

Des moyens à utiliser dans vos interventions avec les jeunes :

  • Encouragez-les à suivre un programme de préparation physique constitué d’exercices de renforcement musculaire, de flexibilité et d’endurance cardiovasculaire.
  • Choisissez des activités et un déroulement adaptés aux participants, aux ressources d’encadrement disponibles et aux conditions météorologiques.
  • Assurez-vous que les installations sont adéquates pour l’activité (pistes adaptées aux habiletés des participants, tracé d’entraînement qui tient compte des obstacles environnants, etc.)
  • Identifiez les facteurs de risque susceptibles de causer des incidents ou des accidents et trouvez des moyens de les contrôler.
  • Donnez des directives claires et précises sur les activités à réaliser.
  • Fournissez aux participants les renseignements pertinents sur l’environnement, les comportements et les personnes-ressources.
  • Débutez chaque entraînement par une période d’échauffement et terminez-les avec une période de retour au calme.
  • Prenez le temps de pratiquer la technique des principaux gestes sportifs.
  • Renseignez-vous sur l’état de santé de vos athlètes.
  • Enseignez les règles de l’esprit sportif et en donner l’exemple.

Vous trouverez également des conseils utiles à prendre en compte lors de la planification d’une sortie scolaire en ski alpin, dans le numéro de Securi-sport-express sur le ski alpin et le surf des neiges. De plus, vous pouvez commander la trousse Avant-Ski de l’Association des stations de ski du Québec via leur site Internet, Maneige.com.

En complément à cette liste, s’ajoutent aussi des mesures de prévention concernant les installations et les équipements qui seront abordées dans la section suivante sur le règlement de sécurité.

Règlement de sécurité - Haut de la page
Chaque discipline sportive possède ses propres normes de sécurité. Celles-ci concernent en général les installations et l’équipement, mais aussi la pratique, la formation, les responsabilités des cadres sportifs, l’organisation et le déroulement d’une compétition, ainsi que les sanctions en cas de non-respect du règlement. Au Québec, ce sont les fédérations spécifiques à chacune des disciplines sportives, qui élaborent les normes de sécurité relatives à leur sport.

Nous vous invitons à consulter le règlement de sécurité spécifique au ski alpin de la Fédération de ski alpin du Québec

Mesures d'urgence - Haut de la page
Certaines blessures surviennent progressivement, à force de répéter les mêmes mouvements ou encore à cause d’un changement brusque dans l’intensité de l’entraînement. C’est le cas d’un surentraînement ou d’une blessure de surutilisation*. Cependant, certaines blessures arrivent subitement, à cause d’un accident. Comment réagir dans ce genre de situation?

Être en mesure de réagir adéquatement et rapidement lors d’un accident est une question de préparation. On ne peut donc pas compter uniquement sur notre bonne volonté au moment de l’accident. Il faut d’abord avoir bâti un plan d’action d’urgence qui permet d’avoir sous la main les renseignements nécessaires et la démarche à suivre en situation d’urgence. Selon l’Association canadienne des entraîneurs, celui-ci devrait inclure, minimalement, les éléments suivants :

  • L’accès à un téléphone
  • Les moyens d’accès au site
  • L’information sur les participants
  • L’information sur le personnel

Chacune de ces sections renferme une série de renseignements à inscrire dans votre plan. Pour les connaître, veuillez consulter l’exemple de la liste de vérification du plan d’action d’urgence fourni par l’Association canadienne des entraîneurs.

Pour en connaître davantage, consultez la section sur les blessures.

Trousse de premiers soins - Haut de la page
Une trousse de premiers soins devrait toujours être complète et à la disposition de tout le personnel responsable de l’encadrement des athlètes. L’Association canadienne des entraîneurs a répertorié l’ensemble du matériel que devrait contenir une trousse de premiers soins, en plus de décrire l’usage approprié pour chacun de ces éléments.

Feuille de route - Matrice de Haddon - Haut de la page

Mais qui est Haddon?
William Haddon est un chercheur américain, à la fois médecin et ingénieur, qui a développé, dans les années 60, une approche pour contrôler les blessures associées à la pratique d’activités physiques.

Cette matrice représente, en quelque sorte, une feuille de route pour l’entraîneur. Elle lui permet d’avoir une vue d’ensemble des paramètres à contrôler, en tenant compte de plusieurs facteurs (humains, technologiques et environnementaux) et ce, dans un cadre temporel (avant, pendant et après l’événement).

Matrice de Haddon - Ski alpin

Références et liens utiles - Haut de la page